samedi 1 septembre 2018

Bilan du mois d'août 2018





Films vus

Dogman (2018) de Matteo Garrone ***
3 Visages (3 Faces, 2018) de Jafar Panahi ***
Jersey Affair (2018) de Michael Pearce ****
Hérédité (2018) d'Ari Aster ***
Sans un bruit (A Quiet Place, 2018) de John Krasinski ***
Dans la brume (2018) de Daniel Roby **
The Third Murder (2018) de Hirokazu Kore-eda ****
Oro La Cité perdue (2017) d'Agustín Díaz Yanes **
Au fond des bois (In fondo al bosco, 2015) de Stefano Lodovichi **
Les mille et une nuits, Volume I : L'inquiet (2015) de Miguel Gomes ***
Les mille et une nuits, Volume II : Le désolé (2015) de Miguel Gomes **
Les mille et une nuits, Volume III : L'enchanté (2015) de Miguel Gomes °
Ils (2006) de Xavier Palud et David Moreau **
Pattes blanches (1949) de Jean Grémillon ****









Lecture

Trois fois la fin du monde (Noir sur Blanc, 2018) de Sophie Divry °
Hôtel du Grand Cerf (Le Seuil, 2017) de Franz Bartelt ***
Enfance, Adolescence, Jeunesse (Folio, 2016) de Léon Tolstoï ***
Silence (epub) de Shûsaku Endô ***

Il se passe quelque chose (Babel, 2018) de Jérôme Ferrari ***
Montaigne (Gallimard, 2017) de Arlette Jouanna ****
Noblesse de l'esprit : Goethe - Chamisso - Richard Wagner - Freud - Dostoïevski - Tolstoï - Cervantès (Albin Michel, 1960) de Thomas Mann ***
Nietzsche devant ses contemporains (Éditions du Rocher, 1959), Textes recueillis et publiés par Geneviève Bianquis ****
Journal d'Hiroshima : 6 août-30 septembre 1945 (epub) de Michihiko Hachiya ****



vendredi 31 août 2018

Bilan littéraire du mois : quelques essais

Montaigne d'Arlette Jouanna ****
Éditions Gallimard, 2017

Je trouve qu'il est toujours important d'inscrire une oeuvre philosophique dans son contexte, que ce soit l'histoire d'un pays, d'un terroir spécifique ou l'évolution d'une pensée, mais aussi l'histoire individuelle ou le vécu familial. Et celui de Montaigne n'est pas à dédaigner : ancien magistrat, maire de Bordeaux, seigneur de Montaigne qui connu la tourmente des guerres de Religion et qui décida un beau jour de se retirer dans sa demeure natale pour écrire ses pensées. Arlette Jouanna nous offre son regard d'historien prudent et assez neutre, qui se traduit par un texte aussi intéressant qu'intelligent. Arlette Jouanna maîtrise excellemment son sujet et c'est un plaisir de découvrir Montaigne en sa compagnie. Indispensable avant d'aborder les Essais de Montaigne ? Peut-être bien.

Présentation chez Gallimard : c'est ici que cela se passe.


Nietzsche devant ses contemporains ****
Monaco, Éditions du Rocher, 1959

Certes, ce recueil de textes réunis et publiés par Geneviève Bianquis autour de Nietzsche, écrits par ceux-là même qui l'ont côtoyé de près (lettres et textes d'amis, de camarades d'école, de ses étudiants, de la famille, de proches ou de moins proches), n'est pas des plus récents. N'empêche, il demeure très intéressant, puisqu'il nous offre un regard multiple sur la personnalité de Nietzsche, allant de l'enfance à sa mort, par ceux-là même qui ont vécu à ses côtés.  Une personnalité hors norme, une intelligence très vive et un destin tragique lorsqu'il tombera dans les gouffres de la démence, souffrant peut-être du même mal que Baudelaire ou Maupassant (beaucoup de controverse quant à l'origine de la démence de Nietzche subsistent). Le dernier chapitre de sa vie est saisissant, poignant et d'une grande tristesse. Non, la folie n'est pas romantique, elle est déchéance et souffrance, y compris pour les proches. Dans la même collection, nous retrouvons Baudelaire devant ses contemporains. Je l'emprunterai probablement dans les mois qui viennent.


Noblesse de l'esprit  (Goethe - Chamisso - Richard Wagner - Freud - Dostoïevski - Tolstoï - Cervantès) de Thomas Mann ***
Éditions Albin Michel , 1960 

Il s'agit d'un recueil de textes écrits à différentes périodes de la vie de Thomas Mann. Il revient sur des personnalités pointues, qu'elles soient littéraires, musicales ou qui ont marqué d'une manière ou d'une autre leur époque.  C'est plaisant à lire.  Le chapitre consacré à Goethe est le plus important du recueil, mais je retiens surtout celui consacré à Freud. On sait à quel point Freud rechignait bien volontiers à citer ses sources ou ses influences dans le développement de la conception des théories psychanalytiques.  Mais Thomas Mann remet en quelque sorte l'église au milieu du village - sans pour autant dénigrer le génie de Freud - en citant deux auteurs très importants qui ont dû l'influencer (inconsciemment ou pas, soyons ironique sur ce coup-là) : Nietzsche et Schopenhauer. 



Journal d'Hiroshima : 6 août-30 septembre 1945 de Michihiko Hachiya ****
Éditions Tallandier, Collection Texto, 2015

Oubliez tous les écrits politiques, historiques, militaires ou propagandistes, genre  c'était nécessaire pour arrêter le conflit au plus tôt.  Vivez Hiroshima à l'heure de la bombe et les quelques semaines qui suivirent "de l'intérieur", par l'intermédiaire du journal du docteur Michihiko Hachiya, qui survécu à l'explosion tant bien que mal, et qui se rendit au plus vite à l’hôpital, dont il est directeur à l'époque, pour assurer les premiers soins. Un langage simple, épuré, à hauteur d'homme et qui va à  l'essentiel, celui de la condition humaine après une telle horreur. Nous sommes au plus proche des victimes, au jour le jour, et c'est émouvant et effrayant à la fois. Plus jamais ça ? A voir.  Important à lire ? Certainement. Car nous sommes également au plus près de la pensée japonaise, avec quelques passages assez surprenants pour nous, occidentaux. Comme toutes les considérations sur l'Empereur ("J'ai mal dormi la nuit dernière. Je me faisais du souci pour l'Empereur et j'avoue que son bien être occupait davantage mon esprit que le spectacle de la défaite."), dont l'épisode  concernant "la terrible responsabilité" de protéger l'effigie de l'Empereur en cas d'urgence. Une autre époque aussi, assurément.  Quoi qu'il en soit, Michihiko Hachiya impose le plus grand respect et nous offre un témoignage qui n'a rien perdu de sa pertinence. Le Journal est bien encadré par la préface de Didier Le Fur, l'Avant-propos de Warner Wells (15 mars 1955) et, pour terminer le Journal, par l'Avant-propos à l’Édition Américaine de 1995 par John W. Dower.

Présentation chez Tallandier : c'est ici que cela se passe.

samedi 25 août 2018

Silence de Shûsaku Endô

Vivre sa foi catholique au Japon n’était pas toujours bien perçu dans les années 30. L’œuvre de Shūsaku Endō, qui fut baptisé à onze ans avec sa mère, qui se convertit au catholicisme à son retour à Kōbe en 1934, se nourrira beaucoup de cet accommodement bien compliqué entre le christianisme et les traditions religieuses japonaises, bien éloignées de l’idée du monothéisme. 

Son roman « Silence », considéré comme le chef-d’œuvre de Shūsaku Endō, s’inscrit dans un contexte historique très particulier, celui des persécutions des missionnaires jésuites et des convertis catholiques japonais au 17e siècle. 

« Allez par le monde entier, proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé ; celui qui ne croira pas, sera condamné ». 

Christophe Ferreira, missionnaire envoyé par la Compagnie de Jésus portugaise et tenu en grande estime pour avoir évangélisé la population japonaise pendant trente-trois ans, subira à son tour les persécutions. Réputé pour être un théologien très averti doté d’un courage indomptable, l’Église de Rome est d’autant plus surprise d’apprendre qu’il aurait apostasié à Nagasaki, après avoir subi le supplice de « la fosse ». Que Christophe Ferreira ait pu abjurer sa foi en rampant devant les infidèles, voilà qui semble impensable. Raison pour laquelle l’Église de Rome réunira quatre prêtres pour leur confier une mission des plus périlleuses : se rendre au Japon et se frayer une voie dans les affres de la persécution, afin d’y mener un apostolat clandestin et de racheter l’apostasie de Ferreira, qui avait si profondément blessé l’honneur de l’Église. 

Shūsaku Endō questionne le fondement de la foi, à travers le parcours des suppliciés qui n’ont rien à envier aux martyrs des premiers chrétiens. Les tortures infligées aux croyants sont franchement atroces, mais l’auteur ne s’y complait jamais, en restant en plus près des questionnements de l’un d’entre eux, le jeune missionnaire Sébastien Rodrigues. Supplice, épreuve, souffrance, endurance, courage et sacrifice, toute la panoplie du parfait chrétien s’y retrouve, engagé dans le combat à la vie à la mort pour entretenir sa foi. Même la figure de Judas ne fait pas défaut, en apparaissant à multiples reprises sous les traits d’un converti japonais qui n’hésite pas à fouler aux pieds l’image du Christ ni à dénoncer Sébastien Rodrigues, pour sauver sa peau. 

Ne jamais abandonner sa sainte foi, oui, mais à quel prix ? Face au silence de Dieu, face à la culpabilité, à la souffrance des autres, à la solitude, au doute. Face à la mort des croyants japonais martyrisés, qui ne peuvent être sauvés que par une seule parole, celle du reniement de Sébastien Rodrigues face à ses persécuteurs. La vie n’est-elle pas aussi sacrée que la foi ? Que l’Église ? La vie réclame aussi son dû et le sacrifice qu’elle exige n’est peut-être pas celui auquel pensait Sébastien Rodrigues lorsqu’il débuta sa mission… 

« Il n’y a ni forts ni faibles. Qui oserait affirmer que les faibles ne souffrent pas plus que les forts ? » 

Silence de Shûsaku Endô a été adapté plusieurs fois au cinéma : par Masahiro Shinoda (1971) et par Martin Scorsese, très récemment. Le réalisateur américain se révèle très fidèle au roman, même si je le trouve plus complaisant que l’auteur dans la démonstration des différentes méthodes de torture. Martin Scorsese serait-il plus fasciné/captivé que Shūsaku Endō par la violence des hommes ? 

Quelques éléments de la fin diffèrent également, parfois au bénéfice de Martin Scorsese (plus explicite dans le dénouement), d’autres fois au bénéfice de Shūsaku Endō, qui nous présente par exemple un très bel acte de générosité vers la fin de son roman. La foi trouve toute sa justification dans les accommodements imposés par les épreuves, dans le partage et le pardon, plutôt que dans "l'héroïsme" d'un martyr, semble nous murmurer Shūsaku Endō.


J'ai eu le plaisir de faire cette lecture en commun avec Marilyne : son avis est ICI 



lundi 20 août 2018

La ville de Bruges vue par ...

William Degouve de Nuncques (1867 - 1935)


Fernand Khnopff (1858 - 1921)


Fernand Khnopff (1858 - 1921)

Fernand Khnopff (1858 - 1921)

Fernand Khnopff (1858 - 1921)

Fernand Khnopff (1858 - 1921)

Une ville abandonnée de Fernand Khnopff (1858 - 1921)

Portrait de Georges Rodenbach par Lucien Lévy-Dhurmer (1865 - 1953)

Lucien Lévy-Dhurmer (1865 - 1953)

Lucien Lévy-Dhurmer (1865 - 1953)


Xavier Mellery (1845-1921)

Xavier Mellery (1845-1921)

Xavier Mellery (1845-1921)

samedi 18 août 2018

Moisson de vieux films (3)

De Mayerling à Sarajevo (1940) de Max Ophuls ***
Avec Edwige Feuillère, John Lodge, Aime Clariond

Le destin tragique de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche,  devenu l'héritier de François-Joseph Ier à la mort de son fils l'archiduc Rodolphe. 

Un film qui mélange assez adroitement la romance entre l'héritier et la comtesse tchèque (et donc sans rang dynastique) Sophie Chotek et les aspects historiques plus politiques tels que les changements de gouvernance qu'auraient pu apporter l'archiduc François-Ferdinand, aux idées plus modernes que son oncle François-Joseph, souverain despotique qui mènera à la première guerre mondiale. 

J'imagine volontiers l'importance symbolique qu'aurait pu avoir ce film pour Max Ophuls, dans la mesure où nous sommes à la veille de la seconde guerre mondiale au début du tournage. Mais la grande histoire rattrapera la petite histoire, et le tournage sera interrompu suite à la mobilisation française de 1939, pour n'être repris qu'en février 1940,  avec une équipe réduite.  La qualité du film s'en ressent, notamment dans les dernières scènes du film, dont la pauvre reconstitution d'une scène clé, celle  de l’assassinat du couple lors de l'attentat à Sarajevo. Ce film n'est donc pas une oeuvre phare de sa filmographie mais il se regarde tout de même avec plaisir et intérêt. Mention spéciale pour l'actrice Edwige Feuillère, aussi belle que talentueuse. 

Et si vous avez toujours voulu savoir ce que signifie un mariage morganatique sans oser poser la question, le film y répondra et vous pourrez ensuite briller en société en le mentionnant nonchalamment au cours d'une conversation portant sur la monarchie (sujet pas très en vogue, il est vrai, mais qui vous distinguera d'autant plus).



Ce n'est pas le premier film de Max Ophuls que je chronique sur mon blog.  Je vous renvoie aux billets correspondants : Le plaisir (moyennement aimé) et Madame de... (beaucoup aimé)



Copie conforme (1947) de Jean Dréville ****
Avec Louis Jouvet, Suzy Delair, Annette Poivre 

Que ce film est drôle, savoureux dans ses dialogues et réjouissant à regarder, grâce à  l'excellent jeu des acteurs principaux,  à savoir Suzy Delair et Louis Jouvet, qui s'en donne à cœur joie dans cette double interprétation d'un modeste employé et d'un audacieux cambrioleur, qui se ressemblent tellement que le voleur à l'idée de l'utiliser comme alibi pour ses prochaines combines. Franchement, son interprétation est un régal pour les yeux, tant il arrive à donner une personnalité tout autre en fonction de son personnage, du grand art. 

Ce film n'a pas d'autre prétention que celle de vous divertir et le réussit fort bien. Les dialogues sont de Henri Jeanson,  l'auteur du "Atmosphère, atmosphère, est-ce que j’ai une tête d’atmosphère ?" d’Arletty dans Hôtel du Nord de Marcel Carné, ou encore de Pépé le Moko de Julien Duvivier, pour ne citer que ceux-là. Le scénariste français d'origine russe n'est autre que Jacques Companeez (La Maison du Maltais de Pierre Chenal, J'étais une aventurière de Raymond Bernard, Casque d'or de Jacques Becker).



Ce n'est pas la première fois que je commente un film de Jean Dréville, puisque je vous ai déjà présenté Le joueur d'échecs.  Vu à l'époque à la Cinematek de Bruxelles et dont je me souviens encore très bien, ce qui est bon signe. Les Nuits blanches de Saint-Pétersbourg est nettement plus dispensable.




Maigret et l'affaire Saint-Fiacre (1959) de Jean Delannoy  ***
Avec Jean Gabin, Michel Auclair, Robert Hirsch, Valentine Tessier

Le commissaire Maigret retourne dans sa ville natale car sa vieille amie, la comtesse de Saint-Fiacre, reçoit une lettre anonyme lui annonçant qu'elle mourra le merdredi des Cendres... Le jour venu, elle est retrouvée morte. On diagnostique un arrêt cardiaque, mais cette version des faits ne suffit pas à Maigret.

Adapté de L'Affaire Saint Fiacre de Georges Simenon (j'en parle ici), ce film respecte le roman dans ses grandes lignes, tout en s'en différenciant par certains aspects, notamment en ce qui concerne l'attitude de Maigret. Dans le roman, le commissaire se complait dans ses souvenirs d'enfance en se laissant volontiers porter par les événements. Dans le film, Jean Gabin a toujours cette lueur mélancolique dans les yeux mais dirige plus en main de maître l'enquête en cours.  C'est par ailleurs une constante dans l'adaptation des romans de Simenon avec Jean Gabin comme interprète principal, les personnages simoniens interprétés par l'acteur sont souvent plus terre à terre, plus bavards et plus interventionnistes que les personnages littéraires, davantage contemplatifs et doués d'une capacité d'absorption semi-consciente de l'environnement, plus intuitifs et vulnérables en quelque sorte.   Quoi qu'il en soit, c'est un plaisir de l'accompagner sur les lieux de son enfance et de revoir la Place d'Allier et la reconstitution en studio du Grand Café de l'époque,  à Moulins en Auvergne.  Un Grand Café dans lequel j'ai eu le plaisir de me rendre à plusieurs reprises.  Pour le coup, la nostalgie joue pour moi également.

La mise en scène est classique mais efficace, l'interprétation des acteurs honnêtes et l'ambiance provinciale et l'utilisation du château assez intéressantes. A noter, les dialogues sont de Michel Audiard.  Un bon Maigret, en somme.




Une autre adaptation de Maigret au cinéma ?  Les inconnus dans la maison de Henri Decoin, avec Raimu.
Une autre adaptation de Simenon, avec Jean Gabin ?  Le président de Henri Verneuil.

samedi 11 août 2018

Les Nuits blanches de Saint-Pétersbourg de Jean Dréville

Les Nuits blanches de Saint-Pétersbourg (1937) de Jean Dréville *
Avec Gaby Morlay, Jean Yonnel , Pierre Renoir 

C’était l’époque où il fallait présenter sur les écrans trois ou quatre films d'atmosphère russe dans l'année et Jean Dréville semble s’être plié à cette mode florissante pour satisfaire ses producteurs.  Un genre qui a produit bien peu d’œuvres impérissables, il faut bien l'avouer. Les Nuits blanches de Saint-Pétersbourg, adaptation (très fainéante) de La Sonate à Kreutzer écrite par Léon Tolstoï, ne fera pas exception à la règle. Car rien ne fonctionne vraiment dans ce film : tout est grandiloquent, superficiel, surligné et surjoué. Il manque de la finesse, de l’élégance et de la sensualité. Et quand on parle d'amour, et bien... c'est un peu navrant.  Le scénario est tellement simplifié que tout ce qui faisait le sel de la nouvelle de Tolstoï a disparu, tant et si bien que les seconds rôles n’ont plus rien à dire et sont tout simplement inexistants. Les rôles principaux ne s’en sortent guère mieux, et ce malgré l'application de Jean Yonnel, qui semble vouloir donner le meilleur de lui-même. Hélas, son jeu trop théâtral ruine tous ses efforts. Après renseignement, Jean Yonnel fut l'un des derniers tragédiens dans la grande tradition des acteurs du début de siècle et effectua l'ensemble de sa carrière à la Comédie-Française. Nous y voilà ! C'était sans aucun doute un grand tragédien au théâtre, mais il n'était définitivement pas un grand acteur de cinéma. Petite anecdote amusante, je lui trouvais un petit air de ressemblance avec le comte Dracula (en tout cas, tel qu’il était incarné au cinéma à cette époque) et il se trouve qu’il était d’origine roumaine ! 

Jean Yonnel, Gaby Morlay

Même la musique, pourtant essentielle dans le film, ne le sauve pas : les oreilles sont martyrisées par les notes martelées qui accentuent inutilement les effets dramatiques. Que dire de la fin ?  Elle se veut romantique et mélodramatique, elle n'est que ridicule, grotesque et caricaturale.  Même les violons ne manquent pas, ni le chœur russe final. Les oreilles demandent grâce et c’est avec une grande reconnaissance qu’elles accueillent le silence du générique de fin.

Les Nuits blanches de Saint-Pétersbourg est un film de commande très dispensable, tant Jean Dréville semble l'avoir expédié au plus vite pour mieux passer à autre chose. Heureusement, j’ai déjà eu l’occasion de voir d’autres films du réalisateur pour m’en faire une meilleure opinion : Le joueur d’échecs et Copie Conforme.