samedi 1 décembre 2018

Bilan du mois de novembre

Films



BlacKkKlansman (2018) de Spike Lee ***
45 ans (2015) de Andrew Haigh ***
L'Étrange Madame X (1951) de Jean Grémillon ***
Mollenard (1937) de Robert Siodmak ***
Les Misérables, Première Partie : Une tempête sous un crâne (1934) de Raymond Bernard ****
Les Misérables, Deuxième Partie : Les Thénardier (1934) de Raymond Bernard ****
Les Misérables, Troisième Partie : Liberté, liberté chérie (1934) de Raymond Bernard ****
Les croix de bois (1932) de Raymond Bernard ****

L'excellentissime Harry Baur dans Les Misérables de Raymond Bernard


Voyages à travers le cinéma français de Bertrand Tavernier
  • Épisode 8 : Mes années 60 


Romans/Essais/Recueil de nouvelles

Retour à Séfarad (Gallimard, 2018) de Pierre Assouline ****
Salina (Actes Sud, 2018) de Laurent Gaudé ****
Première personne du singulier (Points, 2016) de Patrice Franceschi ***(*)
Derrière la haine (Fleuve Noir, 2012) de Barbara Abel ***
Le roman fauve, tome 1 : Les rouges portes de Lorraine (Luc Pire, 2009) de André-Marcel Adamek ****
Éloge de l'individu (Essai sur la peinture flamande de la Renaissance) de Tzvetan Todorov  (en cours)








Les Mythes de Cthulhu (Rackham, 2018) de Alberto Breccia, Norberto Buscaglia et H-P Lovecraft ****
Rapport sur les aveugles (Vertige Graphic, 2005) de Alberto Breccia et Ernesto Sàbato ****
Black Dog, les rêves de Paul Nash (Glénat BD, 2017) de Dave Mc Kean ❤
L'enfant et le maudit, Tome 1 (Komikku éditions, 2017) de  Nagabe ***
Le maitre des livres, Tome 1 (Komikku éditions, 2014) de Umiharu Shinohara **(*)
Juger Pétain (Glénat, 2015) de Philippe Saada et Sébastien Vassant ***



Exposition

Bozar, Beyond Klimt

dimanche 4 novembre 2018

Bilan du mois d'octobre

Films vus ou revus




La Maison rouge (The Red House, 1947) de Delmer Daves ***
Le val d'enfer (1943) de Maurice Tourneur  ***
Le ciel est à vous (1943) de Jean Grémillon  ❤
Lumière d'été (1942) de Jean Grémillon ***
Pièges (1939) de Robert Siodmak **(*)
La Charrette fantôme (1939) de Julien Duvivier ***
Gueule d'amour (1937) de Jean Grémillon  ****
Courrier Sud (1936) de Pierre Billon  **(*)
City girl (1929) de F. W. Murnau ***
La Femme sur la Lune (1929) de Fritz Lang ***
Le Cabinet du docteur Caligari (Das Cabinet des Dr. Caligari, 1920) de Robert Wiene ****


La Charrette fantôme (1939) de Julien Duvivier


Documentaires

De Caligari à Hitler, une histoire psychologique du cinéma allemand
Jean Grémillon, réalisme poétique sous l'occupation par Véronique Martin
City Girl, ou l'essence de l'Amérique  par John Bailey, cameraman des Moissons du ciel
Murnau et l'avènement du parlant par Janet Bergstrom
Le mouvement même de la pensée par Jean Douchet



Voyages à travers le cinéma français de Bertrand Tavernier
  • Épisode 4 : Les cinéastes étrangers dans la France d'avant-guerre (Victor Tourjansky, Robert  Siodmak)
  • Épisode 5 : La Nouvelle Vague de l’Occupation (Claude Autant-Lara, René Clément, Henri-Georges Clouzot)
  • Épisode 6 : Les Oubliés (Louis Valray, Maurice Tourneur, Anatole Litvak, Raymond Bernard, René Clair, Georges Van Parys)
  • Épisode 7 : Les Méconnus (Jean Vallée, Pierre Chenal, Henri Calef, Gilles Grangier)

Lecture


Une Nuit avec Lovecraft (Mosquito, 2018) de Marcelé et Rodolphe ****
M.O.R.I.A.R.T.Y, tome 1 :  Empire mécanique (Delcourt, 2018) de Duval & Pécau, Subic et Scarlett ***
Monsieur désire ? (Glénat BD, 2016) de Hubert, Virginie Augustin ***
Les Princesses aussi vont au petit coin (Vents d’Ouest, 2011) de Christophe Chabouté ****
Mémoires d'autres temps- Histoires courtes 1971-1981 (Les Humanoïdes Associés - 1996) d'Enki Bilal ***
Les phalanges de l'ordre noir (Casterman, 1979) d'Enki Bilal et Pierre Christin ***



Le bruit du dégel (Métailié, 2018) de John Burnside ****
Dans la gueule de la bête (Espace Nord, 2016 ) de Armel Job  **(*)

mardi 2 octobre 2018

Bilan du mois de septembre





Films

Jade (1995) de William Friedkin *(*)
Sans témoins (1983) de Nikita Mikhalkov ***
Yakuza (1974) de Sydney Pollack ***
Napoléon (1954) de Sacha Guitry ***
Le journal d'un curé de campagne (1951) de Robert Bresson ***
La citée sans voiles (1948) de Jules Dassin ***
Marie-Martine (1943) d'Albert Valentin **(*)
Le mariage de Chiffon (1942) de Claude Autant-Lara **(*)
La règle du jeu (1939) de Jean Renoir **
Agent X27 (Dishonored, 1931) de Josef von Sternberg ***
Nosferatu le vampire (1922) de F. W. Murnau ❤


Podcasts

Plan Large : William Friedkin, Werner Herzog, tournages catastrophiques
Plan Large : Andreï Zviaguintsev ou le cinéma de la déshérence morale russe
Plan Large : S comme Josef von Sternberg : une aventure de la lumière
Plan Large : Dans le cinéma d'Ernst Lubitsch, les mots ont une dimension tactile
Une vie, une oeuvre : Jules Dassin


Documentaires



 Voyages à travers le cinéma français de Bertrand Tavernier

  • Épisode 1 : Mes cinéastes de chevet – première partie (Jean Grémillon, Max Ophuls, Henri Decoin)
  • Épisode 2 : Mes cinéastes de chevet – seconde partie (Sacha Guitry, Marcel Pagnol, Robert Bresson et Jacques Tati)
  • Épisode 3 : Les Chansons, Julien Duvivier


Ciné Concert Nosferatu de Murnau, projection du film accompagnée par l'organiste Etienne Walhain, en l'église de la Roche-en-Ardenne ❤

















Lecture

La vraie vie (L'iconoclaste, 2018) d'Adeline Dieudonné ❤
L'hiver du mécontentement (Flammarion, 2018) de Thomas B. Reverdy **(*)
Forêt obscure (Éditions de l'Olivier, 2018) de Nicole Krauss **(*)
Hôtel Waldheim (Viviane Hamy, 2018) de François Vallejo  °
Le commis (Rivage, 2018) de Bernard Malamud ***
Les filles de l'ouragan (Philippe Rey, 2012) de Joyce Maynard ****
Le portrait (Folio, 2009) de Pierre Assouline ***











Extrait du mois :

Son goût pour l'anéantissement allait m'obliger à me construire en silence, sur la pointe des pieds.


Gilles avait raté son année scolaire.  Il ne manifestait pas le moindre intérêt pour l'école.  Il ne manifestait pas le moindre intérêt pour quoi que ce soit, excepté la mort.  Je crois qu'en réalité il  ne ressentait presque plus rien.  Sa machine à fabriquer les émotions était cassée.  Et le seul moyen d'en ressentir était de tuer ou de torturer.  J'imagine qu'il se passe quelque chose quand on tue.  On déplace un élément dans le grand équilibre de l'univers et ça génère une sensation surpuissante.

 La vraie vie d'Adeline Dieudonné