dimanche 17 avril 2011

Elena et le roi détrôné de Claudia Piñeiro

Quatrième de couverture

Pour Elena, atteinte de la maladie de Parkinson, le temps se mesure en cachets de dopamine. Son cerveau n'est plus qu'un roi détrôné, incapable de se faire obéir sans ce capricieux émissaire. Quand on lui annonce l'invraisemblable suicide de sa fille, Rita, elle sait qu'il lui faut mener sa propre enquête, et qu'elle a besoin d'aide. Vingt ans plus tôt, elle a sauvé des griffes d'une faiseuse d'anges une jeune femme qui lui envoie chaque année un émouvant gage de bonheur familial. Alors, au prix d'un effort titanesque rythmé par ses pilules, elle traverse Buenos Aires pour demander à Isabel, qu'elle n'a jamais revue, d'acquitter sa dette : prêter son corps valide pour retrouver le meurtrier supposé. Mais le malentendu est abyssal entre les deux femmes. Qui doit payer et pour quoi ? Condition féminine, vulnérabilité, préjugés, ce roman utilise les ressorts de la littérature policière pour livrer une subtile réflexion sur la construction de l'identité et une troublante interrogation sur l'obstination à vouloir vivre, à tout prix.

Cela tenait de la gageure mais l’auteur a réussi haut la main à retenir l’attention vigilante de son lecteur en transformant le chemin de croix d’une femme d’une soixantaine d’années atteinte de la maladie de Parkinson en odyssée digne d’une tragédie grecque. Oubliez « les ressorts de la littérature policière » de la quatrième de couverture, nous sommes en plein roman psychologique dans lequel trois portraits de femmes se chevauchent, se juxtaposent, se croisent et se repoussent à la fois. Nous sommes au plus près de la maladie, nous sommes même en dedans, dans la tête et le corps d’Elena qui lui échappe, ce corps paralysé et agité à la fois, ce corps hors de contrôle et hors de portée, comme peuvent l’être certains de nos proches, que nous pensions connaître mais qui nous échappent toujours un peu. La maladie occupe la place centrale du roman mais sans pathos ni apitoiements : le ton est rude, sec, frontal et percutant, comme le sont les relations interpersonnelles pleines de non-dits, de colères, de rancunes et de frustrations mais aussi d’amour et d’affection.

Il n’est pas donné à tout le monde d’accepter l’inacceptable, nous atteignons tous un moment ou un autre notre limite supportable. Voici alors venu le temps où il n’y a plus aucun échappatoire possible, et nul ne sait d’avance comment il s’y révélera : avec hargne, pugnacité, avec pudeur, avec effroi, peur ou rejet.

« Un jour, n’importe lequel, le jour où votre fille m’a trouvée vomissant sur un trottoir, le jour où votre fille a été trouvée morte dans le clocher d’une église, ou même aujourd’hui, la vie nous met à l’épreuve, ce n’est plus une mise en scène sur un théâtre imaginaire. C’est le jour où se produit devant nous la véritable révélation, ce jour-là il n’y a plus de mensonge qui vaille. »

Ce qui me frappe avant tout après la lecture de ce roman est ce grand respect que je ressens envers ces trois femmes, qu’on se garde bien de juger tant nous ne savons pas nous-mêmes comment nous réagirions face à ces situations. La vie est un combat de tous les jours, âpre et cruel, et la rage de vivre se trouve parfois là où on ne l’attendait pas.

Un très bon roman et un auteur à suivre de très près.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire