vendredi 3 octobre 2014

Eva de Joseph Losey


Tyvian Jones (Stanley Baker) est un écrivain arrogant et sans talent qui a bâti son succès en usurpant le manuscrit de son frère. Fragilisé par cette culpabilité tenace, déchiré entre son ambition et son sens moral, il en devient une proie facile pour une séductrice habile. 



Celle-ci prendra les traits d’Eva (Jeanne Moreau), une courtisane collectionneuse d’hommes, aussi tentatrice et froide qu’un serpent. Très amoureux d’elle, Tyvian s’enfonce de plus en plus dans cette passion à sens unique. Et ce n’est pas son mariage avec Francesca (Virna Lisi) qui y changera quoi que ce soit. L’ascendant et la domination d’Eva sur Tyvian deviendront de plus en plus intenses, conduisant à la destruction et à la violence.

« Eva » est considéré comme un des films majeurs de Joseph Losey. Adapté du roman de James Hadley Chase, qu’il trouve assez faible, le cinéaste accepte tout de même de le réaliser à la demande des frères Hakim, tous deux producteurs. Le réalisateur traverse à cette période une crise importante, s’interrogeant sur l’échec de son premier mariage. Ce film, qu’il considérera comme le plus personnel, met effectivement en relief les relations conjugales et extra-conjugales destructrices et le danger existant lorsqu’une personne prend de l’ascendant sur une autre. S’il fut mal reçu à sa sortie, nous ne saurons jamais si la faute en incombait au réalisateur ou aux producteurs : abandonnant à ces derniers ses droits d’auteur sur le négatif, les frères Hakim ne se gênent pas de procéder à des coupures susceptibles de casser le rythme du film ou de nuire à sa compréhension. Ils ôtent ou rajoutent également des répliques, remplacent le doublage de voix, remixent la musique, raccourcissent sa durée… Finalement, « Eva » ne sera projeté qu’une seule et unique fois dans sa version originale, et deviendra une expérience aussi horrible que désastreuse pour le réalisateur, qui vivra tout cela très mal.

« (…) l’une des plus grandes occasions de ma vie de faire une œuvre personnelle m’a été arrachée par deux vendeurs de cacahuètes. »

A défaut donc de voir le film original, nous avons la copie transformée par les frères Hakim. Nous retrouvons la fascination de Joseph Losey pour les rapports de force, la violence et la dégradation du plus faible. Tous les personnages sont comme enfermés dans leur solitude, leur manque, leur frustration ou leur obsession. La photographie est très belle et la toile de fond magnifique (Venise et Rome). Mais la distance que nous ressentons envers les personnages, l’inaccessibilité d’Eva et l’antipathie que suscite Tyvian, empêchent toute empathie. Eva prend des allures d’archétype et d’icône glacée, c’est la tentatrice qui chasse l’homme du paradis terrestre, qui engendre la honte, la perdition, la chute pure et simple, sans retour possible. Une femme qui se venge de sa condition en privilégiant le luxe, l'argent facile, en utilisant la sexualité et le sensualité comme des armes tranchantes.


 
Mon ressenti est assez mitigé quant à ce film, le trouvant par moment ennuyeux et manquant de rythme. Mais étant fortement dénaturé, nous pouvons toujours regretter la version originale qui évitait peut-être ce genre d'écueil. Il n'est donc pas le plus réussi du réalisateur en ce qui me concerne, tant j’ai préféré The Servant, Mr. Klein ou encore Le messager. Reste la patte indéniable de Joseph Losey et la très bonne interprétation de Jeanne Moreau. Sans oublier les partitions de Billie Holiday, très présente dans ce film, que l’actrice comme le réalisateur adoraient.



Réalisateur : Joseph Losey
Acteurs : Jeanne Moreau Stanley Baker Virna Lisi Giorgio Albertazzi
Origines : France Italie
Genre : Drame
Public : Tout public
Année de production : 1962
Durée : 1h40

Note : 3/5

Source : les informations concernant les conditions de réalisation de ce film et la citation ont été puisées dans Le Livre de Losey de Michel Ciment.

D'autres films du réalisateur à découvrir également :

* Mr. Klein de Joseph Losey
* The Servant de Joseph Losey
* Le messager de Joseph Losey

Aucun commentaire:

Publier un commentaire