mercredi 14 juin 2017

Citation du jour, Mémoires de Hongrie de Sándor Márai



L'écrivain qui, dans la misère et la désolation - lot commun de tous, en temps de paix comme en temps de guerre -, proteste de sa  « sincérité » oublie l'une des lois essentielles de son métier, lequel ne sait rien de la sincérité. En littérature, comme dans la vie, seul le silence est « sincère ».  Dès lors qu’on s’adresse au public, qu’on soit écrivain ou comédien, on cesse d’être franc – on pose.

 Mémoires de Hongrie de Sándor Márai






Du même auteur, sur ce blog :

* Les braises de Sándor Márai
* L'héritage d’Esther de Sándor Márai


8 commentaires:

  1. J'aime beaucoup cette citation. Mais depuis que j'ai découvert Les braises, que j'ai vu aussi au théâtre, j'ai dû lire en tout neuf livres dont Mémoires de Hongrie, de cet immense écrivain. Tous sont chroniqués ou presque. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, je l'aime beaucoup cette citation :)

      Je n'en ai pas encore lu autant que toi, mais à ceux que je cite, j'ajoute Le premier amour et La Conversation de Bolzano (avec un titre pareil, tu l'as très certainement lu aussi). Je suis en pleine lecture de Mémoires de Hongrie et je trouve qu'il est vraiment excellent. Je comprends encore mieux la tonalité de ses romans. J'irai jeter un œil par chez toi pour lire ce que tu en dis, après ma lecture ;-)

      Supprimer
  2. Une citation bien choisie et typique de Sandor Maraï : toujours lucide, d'une lucidité impitoyable pour lui-même.
    Strum

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien d'accord avec toi. Merci de ton passage, Strum ;-)

      Supprimer
  3. chouette alors ! Je découvre toujours des blogs passionnants via les coms sur d'autres blogs et pour le coup sur celui de Blogart. au plaisir de te lire de nouveau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je découvre le tien par la même occasion ! Bienvenue ici et au plaisir de te lire également :)

      Supprimer
  4. C'est d'une tristesse je trouve ! Je n'ai pas envie de tristesse ou de choses lourdes mais j'avoue avoir du mal à trouver la légèreté.
    Il faudrait peut-être que je le taise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas certaine de tout comprendre. Ceci dit, je ne conseillerai pas non plus Sándor Márai si tu veux lire quelque chose de léger, style gros pavé pour les vacances. Je n'y ai pas encore regardé pour le moment, mais les propositions fleurissent un peu partout, tu devrais t'y retrouver ;)

      Supprimer