samedi 22 décembre 2012

Les Bêtes du sud sauvage de Benh Zeitlin (film)

Synopsis
 
Hushpuppy, 6 ans, vit dans le bayou avec son père. Brusquement, la nature s'emballe, la température monte, les glaciers fondent, libérant une armée d'aurochs. Avec la montée des eaux, l'irruption des aurochs et la santé de son père qui décline, Hushpuppy décide de partir à la recherche de sa mère disparue.
 
 
Ce sont les très nombreuses critiques positives qui m’ont donnée envie de voir « Les Bêtes du sud sauvage », tant le synopsis et la bande-annonce ne m’attiraient pas plus que cela. Et bien force est de constater que je n’en sors pas plus convaincue après la vision du film.
 
Fable sur la résistance des opprimés face à la nature déchaînée, l’autorité et la civilisation, je me suis demandée à plusieurs reprises où le réalisateur voulait vraiment nous emmener. Hymne à la liberté de quoi ? De se soûler du matin au soir, de vivre dans des lieux totalement insalubres, dans la crasse et l’indigence ? Libre de ne pas se soigner et de se laisser crever comme un chien alors qu’on a la possibilité de se faire opérer ? Libre de faire ressurgir en nous notre animalité pour vaincre nos peurs et trouver la force de nous dépasser ? Une morale condescendante, des métaphores lourdingues et une voix-off superflue. J’ai même trouvé le jeu d’actrice de la petite fille assez limité dans ses expressions, toujours les sourcils froncés et la bouche boudeuse.
 
Reste quelques belles images, un souffle, une certaine originalité avec le peu de moyens à disposition pour filmer et quelques séquences poétiques comme celle de la description de la maman de Hushpuppy qui "arrivait de par sa seule présence à faire jaillir le feu et bouillir l’eau".
 
Un film qui n’a jamais suscité en moi la moindre émotion. Bref, il y a moyen de passer aussi à côté de ce film, même si je suis allée jusqu’au bout, ce qui n’était pas le cas de quelques spectateurs partis avant la fin du film. Mais un réalisateur à suivre tout de même, oui je sais, j’ai l’air de me contredire et pourtant non, il semble avoir du talent et peut bien me convaincre par un autre sujet que celui traité dans Les bêtes du sud sauvage. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire