dimanche 19 janvier 2014

Atmen de Karl Markovics


Synopsis

Roman Kogler, 18 ans, a déjà purgé la moitié de sa peine dans un centre de détention pour mineurs et pourrait être libéré sur parole. Il a cependant peu de chances : il n’a aucune famille et ne s’adapte pas en société. Après de nombreuses tentatives, il trouve un travail de réinsertion à la morgue de Vienne. Un jour, il tombe sur le cadavre d’une femme qui porte son nom de famille. Même s’il découvre vite que ce n’est pas sa mère, Roman part à sa recherche.


L’abandon, la solitude, la mort, la sensation d’étouffement, l’enfermement. Le premier film de Karl Markovics ne brillant guère par la légèreté de son sujet, je suis allée le voir non sans une certaine appréhension vu la noirceur du propos. Crainte rapidement balayée devant la prestation des acteurs et l’intelligence et la finesse du réalisateur autrichien, qui arrive même à introduire quelques petites touches d’humour sans avoir l’air d’y toucher. Un film minimaliste dans les dialogues mais très intense dans les images et dans ce qui se noue entre les personnages. J’ai particulièrement apprécié sa façon de filmer les paysages, la ville et les lieux clos. Sans oublier ces corps nus, morts, fragiles dans leur ultime abandon. Quelques scènes très fortes et extrêmement touchantes, comme celle témoignant du respect que manifeste le collègue de Roman dans la toilette mortuaire d’une femme âgée récemment décédée. Un film hautement recommandable et porteur d’espoir sans évangélisme: on peut s’humaniser au contact des morts dans une ville triste et grise, on peut se libérer de son passé en se donnant le temps de reprendre son souffle.

Un premier film très prometteur et un réalisateur que je suivrai de près. 


Titre original : Atmen
Réalisateur : Karl Markovics
Acteurs : Thomas Schubert, Karin Lischka, Georg Friedrich, Gerhard Liebmann
Origine : Autriche
Genre : Drame
Année de production: 2011
Durée: 1h38

 Note : 4/5

Aucun commentaire:

Publier un commentaire