mercredi 14 mai 2014

Mr. Klein de Joseph Losey


Synopsis

En 1942 à Paris, sous l'occupation allemande. Robert Klein fait des affaires en rachetant à vil prix des œuvres d'art aux juifs, qui ont besoin d'argent pour fuir. Alors qu'il reconduit à la porte l'un d'eux,  à qui il vient d'acheter un petit tableau du maître néerlandais Adriaen van Ostade, il découvre parmi son courrier un exemplaire des Informations juives, journal habituellement distribué sur abonnement spécial. Il découvre bientôt qu'un homonyme juif utilise son nom, et décide alors de remonter la piste qui le mènera à cet inconnu.  

Je me suis fait plaisir en revoyant Mr. Klein avant d’écrire ce billet. Et force est de constater que des zones floues, des questions sans réponses, des coïncidences surprenantes donnent toujours au film cette tonalité pesante, troublante et inquiétante.

L’ombre de Kafka, qui plane sur tout le film, accentue ce sentiment d’étrangeté : la contamination mentale, le terrible engrenage bureaucratique qui broie l’individu, la condamnation arbitraire mais surtout l’obsession, le double et le trouble de la personnalité dans sa recherche identitaire. En toile de fond, l’occupation allemande de la France, et un début (l’examen anthropométrique d'une femme juive) et une fin (la rafle du vélodrome d'hiver sous le regard indifférent des parisiens) qui sont d'une telle violence psychologique qu'elles vous hanteront encore longtemps.

L'abomination du régime de Vichy est d’autant plus marquée que l’indifférence du reste de la population est flagrante, quand il ne s'agit pas de mépris, de collaboration, de spoliation ou de spectacles antisémites, plébiscités par le public. 

Mr. Klein est un film dense, très riche et profondément perturbant sur la monstruosité de l'indifférence et de la banalité du mal mais aussi sur l'obsession destructrice de la quête identitaire d'un homme froid et antipathique, excellemment interprété par Alain Delon. Un grand film.




Réalisateur : Joseph Losey
Acteurs : Alain Delon, Jeanne Moreau, Jean Bouise, Suzanne Flon, Michael Lonsdale, Michel Aumont
Origines : France, Italie
Genre : Comédie dramatique
Année de production : 1976
Durée : 123 min

Note : 5/5

Césars 1977 : César du meilleur film, César du meilleur réalisateur pour Joseph Losey, César du meilleur décor pour Alexandre Trauner.


D'autres films du réalisateur à découvrir également :

* Eva de Joseph Losey
* La bête s'éveille de Joseph Losey
* L'Assassinat de Trotsky de Joseph Losey



Aucun commentaire:

Publier un commentaire