lundi 18 août 2014

Le messager de Joseph Losey


Un homme de 70 ans (Michael Redgrave ) se remémore une expérience douloureuse qui aura une influence néfaste  sur le reste de sa vie,  alors qu'il était à peine âgé de 13 ans : issu d’un milieu pauvre, le jeune et sensible Leo Colston (Dominic Guard) est invité à passer une quinzaine de jours en vacances chez la famille aristocratique de son ami Marcus Maudsley, dans la riche demeure de Brandham Hall, située dans le Norfolk. Il tombe tout de suite sous le charme de la sœur aînée de Marcus, Marian Maudsley (Julie Christie), qui se montre bien sympathique à son égard mais pas sans arrière-pensée. Marian, bien que promise au riche Hugh Trimingham (Edward Fox), entretient une relation avec Ted Burgess (Alan Bates), un simple métayer. Elle séduit sans peine le jeune garçon et en fait rapidement son complice en lui demandant d’être son messager afin de transmettre ses lettres à son amant. Si l’enfant est ravi de faire plaisir à Marian dans un premier temps, il apprendra par la suite à apprécier autant le métayer que le futur époux. Ne pouvant se résoudre à trahir l’affection qu’il porte à ces trois personnes, il deviendra malgré lui une des victimes de l’égoïsme des adultes, aveugles aux dégâts qu’ils occasionneront à cet enfant trop jeune pour affronter ce dilemme et les conséquences de cette relation lorsqu’elle sera révélée au grand jour.

Joseph Losey aborde, comme souvent, les rapports de classes britanniques et leur rigidité, plus particulièrement à la veille de l’époque édouardienne (nous sommes en 1900), même si le propos se veut sans aucun doute universel. On pense bien évidement à « L’amant de Lady Chatterley », quant à la position de la femme, des différentes classes sociales ou de la transgression des codes et des valeurs de l’époque. Mais le point de vue du réalisateur reste toujours celui de l’enfant et du traumatisme qu’il subira durant cet été exceptionnellement chaud. Un enfant totalement étranger à ce monde aristocratique qu’il ne connait pas et qui souvent le ridiculise, un enfant pris dans les tourments de sa culpabilité et de sa conscience, dans l’impossibilité dans laquelle il se trouve de pouvoir servir les trois personnes qu’il apprécie sans devoir trahir une des trois.

Si le film fait souvent preuve d’une certaine lenteur, la qualité d’interprétation des acteurs, la présence obsédante de la musique du film (Michel Legrand), la beauté des paysages, les mouvements de caméra et la représentation des rapports de forces entre classes sociales font rapidement oublier ce petit écueil. 

Palme d'Or au festival de Cannes 1971. 


Titre original: The go-between
Réalisateur: Joseph Losey
Acteurs: Alan Bates, Julie Christie, Michael Redgrave
Origine: Royaume-Uni
Genre: Comédie dramatique
Année de production: 1971
Durée: 1h56


D'autres films du réalisateur à découvrir également :

* Mr. Klein de Joseph Losey
* The Servant de Joseph Losey
* L'Assassinat de Trotsky de Joseph Losey


Aucun commentaire:

Publier un commentaire