lundi 29 septembre 2014

Villa Amalia de Benoît Jacquot



Elle s’enfuit, tel aurait pu être le sous-titre du film. La découverte de l’infidélité de son compagnon (Xavier Beauvois) sera l’élément déclencheur dans la vie d’Ann (Isabelle Huppert). Elle part, elle quitte tout, elle veut se dépouiller de sa vie d’avant, jusqu’à faire disparaitre son nom. Quitter son compagnon, vendre son appartement, arrêter son métier, annuler ses concerts, clôturer ses comptes en banque et brûler ses photos. Ann veut disparaître, se diluer dans une nouvelle existence dont elle ne sait encore rien. Est-elle devenue folle ? Ou suicidaire ? Ann, qui n’arrête pas de s’excuser pour la mort des autres, est une femme qui dit non quand elle ne veut pas, qui s’exprime, qui à défaut d’être à l’écoute des autres, est à l’écoute d’elle-même. Un ami d’enfance (Jean-Hugues Anglade), récemment retrouvé, sera son seul point d’ancrage. Ann est une femme qui largue les amarres, sans doute au péril de sa vie, au mieux pour se reconstruire, au pire pour répéter les actes de son père…

Ce magnifique film de Benoît Jacquot est une petite merveille. Une atmosphère étrange, presque onirique s’en dégage, la musique contribuant à cet effet d’apesanteur très particulier. A défaut d’apprécier son dernier film, 3 cœurs, n’hésitez pas à voir ou à revoir ce film réalisé en 2009 et que Arte a eu la bonne idée de diffuser dernièrement.

Note : 5/5


Titre : Villa Amalia
Réalisateur : Benoît Jacquot
Acteurs : Isabelle Huppert, Jean-Hugues Anglade, Xavier Beauvois
Pays : France
Genre : Drame
Date de sortie : avril 2009
Durée : 1h31

Aucun commentaire:

Publier un commentaire