jeudi 3 novembre 2016

Shakespeare à la folie - Affiches internationales


Macbeth par W. Sadowski (Pologne, 1985)

Centre de la Gravure et de l'Image Imprimée
Rue Des Amours, 10
7100 La Louvière
Belgique

Jusqu'au 8 janvier 2017


L’exposition Shakespeare à la folie célèbre le 400e anniversaire de la mort du dramaturge en présentant plus de 70 affiches des plus grands graphistes internationaux.  L’humanité défile sur scène : Othello le jaloux, Hamlet l’indécis, Macbeth l’usurpateur, Richard III le sanguinaire, les amours tragiques de Roméo et Juliette, …




Présentation de l'exposition


William Shakespeare est né autour du 23 avril 1564 à Startford-upon-Avon, en plein cœur de l'Angleterre.  Il y a disparu précisément le même jour, cinquante deux ans plus tard, en 1616.  Doit-on y voir un signe du destin, ou le signe d'une légende nourrie de points d'interrogations, d'absences inexpliquées ?  Et quand bien même l'homme ne serait pas le dramaturge, l’œuvre immense est bien réelle. Écrite pour un public polymorphe, où l'aristocratie se mêle à la plèbe en majorité analphabète, elle est jouée dans des théâtres qui accueillent jusqu'à 3 000 spectateurs mangeant, buvant, riant, pleurant, au cours de la représentation sans aucun égard pour l'acteur, sans sacraliser l'auteur.

Le théâtre de Shakespeare puise à la source des tavernes et des cours royales.  Chaque pièce, construite généralement autour d'un personnage qui lui donne son âme, est une suite de rebondissements, de duels, de meurtres, d'amours passionnés qui se terminent dans un bain de sang. Le tout émaillé de plaisanteries grossières ou d'instants de poésie d'une rare élégance.  L'humanité défile sur scène : Othello le jaloux, Hamlet l'indécis, Macbeth l'usurpateur, Richard III le sanguinaire ; les amours tragiques de Roméo et Juliette...

Shakespeare ne conte pas seulement une histoire.  Ses comédies sont celles de la vie ; ses grandes tragédies, de pouvoir et de passions entremêlés touchent à l'universel ; ses drames historiques conjuguent l'histoire des puissants et celle des valets, et écrivent la légende de la nation anglaise.

De grands affichistes internationaux se sont mesurés, au fil du temps, à  l’œuvre immense du dramaturge, parmi lesquels Michal Batory, Anthon Beeke, Michel Bouvet, Helmut Feliks Büttner, Stasys Eidrigevičius, Karl Domenic Geissbühler, Eriko Hasumi, Yann Legendre, Jan Lenica, Karel Misek, Kari Piippo, Péter Pócs, Ralph Schraivogel, Lanny Sommese, Monika Starowicz, ...


Richard III
Karel Misek
République tchèque, 1988
Richard III
Anthon Beeke
Pays-Bas, 1985


Macbeth par J. Richez (Belgique, 1982), A. Pagowski (Pologne, 1981), F. Starowieyski (Pologne, 1980) et W. Sadowski (Pologne, 1985)

Macbeth par J. Richez (Belgique, 1982)

Julius Caesar par Karl Domenic Geissbühler (Suisse, 2005), Michal Batory (France, 2005) et Wieslaw Walkuski (Pologne, 1994)

Julius Caesar par Wieslaw Walkuski (Pologne, 1994)

Songe d'une nuit d'été
Waldemar Swierzy
Pologne, 1982
Henry VI
Michel Bouvet
France, 2014

Richard III par Patrice Junius (Belgique, 1995)

Othello
Jan Lenica
Pologne, 1968
Othello
Michel Bouvet
France, 2011

Roméo et Juliette par Wieslaw Walkuski (Pologne, 1997)

Roméo et Juliette par Andrzej Pagowski (Pologne, 1985)





Roméo et Juliette par Enki Bilal (France, 1996)


Et pour terminer, une vidéo de présentation, réalisée par Arthur Ancion, des trois expositions en cours au Centre de la Gravure et de l'Image imprimée de La Louvière : Exposition Shakespeare à la folie - Affiches internationales + Exposition Les lauréats des Prix de la Gravure + Exposition Que sont-ils devenus ? (les lauréats du Prix depuis 1989).  Bonne visite !



8 commentaires:

  1. Je les trouve plutôt terrifiantes ces affiches. Et celle de l'expo franchement laide.
    Mais j'apprécie la version Bilal de Romeo et Juliette :-))) Ce pauvre Romeo n'a pas eu l'occasion de renifler le cul de sa Juliette.
    Et puis l'Othello de Michel Bouvet aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Terrifiantes, elles le sont parfois. Comme les histoires qu'elles représentent. Mais laides ? Je les trouve magnifiques plutôt ! L'affiche Macbeth par W. Sadowski n'est pas celle de l'expo (que je n'aime pas), et comme les affichistes polonais sont bien représentés,j'ai préféré choisir une de ces affiches, que j'aime beaucoup (là, encore, on ne s'y retrouve pas mdr). La version de Bilal est très bien, l'Othello de Michel Bouvet aussi. Mais je les aime toutes en fait.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Aaaah je suis contente que tu partages mon enthousiasme ! :-)

      Supprimer
  3. L'AFFICHE A POUR RÖLE d'inciter le curieux à s'affranchir sans retenue des interdits que l'on a fait rentrer dans sa tête sous forme de préjugés et avec un génie aussi difficile que grandiose il fallait bien toutes ces affiches sur les couvertures des livres nouvelle édition... merci pour la découverte de cette expo anniversaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir Alex ! Je me rends compte que ce n'est pas vraiment spécifié dans mon billet mais ce sont exclusivement des affiches pour un spectacle, comme une pièce, ou un ballet adapté d'une pièce de William Shakespeare. Je trouve que c'est une manière très originale de lui rendre hommage, et j'apprécie vraiment les différents talents qui s'expriment à travers ces différentes affiches.

      Supprimer
  4. Formidables ces affiches polonaises pour illustrer les pièces du grand Will, merci Sentinelle !
    Strum

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les affichistes de l'Europe de l'Est, dont la Pologne, sont très présents et c'est tant mieux tellement ils sont talentueux ! Toujours ravie de partager mes coups de coeur :)

      Supprimer