vendredi 17 octobre 2008

La nuit des tournesols de Jorge Sanchez-Cabezudo


 
La noche de los girasoles (La nuit des tournesols) est le premier long métrage du réalisateur Jorge Sanchez-Cabezudo, également scénariste du film.

Nous sommes au cœur des Pyrénées espagnoles, en pleine campagne. Une femme sauvagement assassinée est retrouvée dans un champ de tournesols.

Parallèlement à ce fait divers qui fait la une des toutes les radios et télévisions espagnoles, un archéologue débarque dans un petit village de compagne suite à la découverte d’une grotte qui pourrait représenter un attrait touristique pour la région. Son couple est un peu boiteux, et sa compagne, qui n’a pas du tout envie de se retrouver seule pendant ces investigations, décide de le surprendre en le rejoignant sur les lieux. Elle fera malheureusement une mauvaise rencontre et sera sauvagement violée par un représentant de commerce, simple vendeur d’aspirateur, qui prospectait dans les environs.

Deux vieillards dont el loco (le fou), qui sont aussi les derniers habitants du hameau abandonné à proximité du village, ne font que se chamailler.

Au village, un policier trompe la fille de son supérieur.

Les dés sont jetés, les protagonistes mis en place, le rideau se lève sur nos peurs, nos turpitudes et nos lâchetés, l’engrenage des événements prend forme dans un huit clos étouffant et glaçant à la fois. Lorsque le désir de vengeance et la violence sont mauvaises conseillères…

Ce suspense, découpé en plusieurs chapitres, nous confronte aux différents points de vue des protagonistes. J’ai beaucoup apprécié ce film, pour l’excellent jeu des acteurs, la psychologie des personnages, l’histoire, la tension et l’atmosphère étouffante et oppressante qui s’en dégagent, avec une mention spéciale pour la scène de viol qui fait vraiment peur, cet anodin représentant de commerce se transformant en bête sauvage m’a donnée des sueurs froides qui ne m’ont plus quittée jusqu’à la fin du film. J’ai bien aimé aussi sa façon de porter à l’écran la désertification des campagnes en plantant ses caméras dans un petit village rural espagnol, aussi âpre et aride que les événements mis en scène. Une belle réussite pour une première réalisation, je vais d’ailleurs guetter les prochains films de Jorge Sanchez-Cabezudo avec impatience et curiosité !

Extrait d’une interview du réalisateur :

La Nuit des tournesols "n'est pas un film choral". "Au contraire, c'est une collection de personnages qui, tour à tour, racontent leur histoire, à la manière des coureurs d'une course de relais. Leurs choix et réactions apportent au film des retournements de situation aussi inattendus qu'inévitables. J'ai voulu mettre en scène des personnes ordinaires, mais qui doivent faire face à des situations extrêmes. L'une des ambitions principales du film est d'explorer les réactions de ces gens ordinaires amenés à faire face à une situation complexe et dramatique. Comment leur psychologie personnelle, leurs mécanismes émotionnels et les circonstances peuvent-ils expliquer de tels comportements et, par-dessus tout, leur permettre de justifier leurs actions et de vivre avec ?

La Nuit des tournesols a remporté le Prix Sang Neuf au Festival du Film Policier de Cognac en 2007, le Meilleur Film au Festival de Miami 2007. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire