dimanche 27 avril 2014

Géricault, Fragments de compassion

Théodore Géricault (Rouen 1791 - Paris 1824) , maître du romantisme et précurseur du réalisme, est à l'honneur au Musée des Beaux-Arts de Gand. L'exposition s'intitule "Géricault Fragments de compassion" et aura lieu du 21 février au 25 mai 2014. 

L'exposition est divisée en plusieurs parties : une étude de son tableau le plus célèbre, "Le radeau de la méduse" (l'original est toujours au Louvre mais l'exposition présente sa réplique,  conservée au Musée de Picardie d'Amiens), de larges thématiques comme les conséquences désastreuses de la guerre, son attachement viscéral aux chevaux, les corps puissants, malades, blessés, morts ou amputés, la misère et les leçons d'anatomie. Avec les portraits des aliénés, il introduit la notion de série, en peignant une séquence de dix toiles traitant d'un sujet unique. Cette série avait été réalisée à la demande du Docteur Georget, jeune médecin aliéniste à la Salpêtrière.

L'objectif de cette exposition est de mettre en parallèle le travail de Théodore Géricault avec celui de ses contemporain : nous retrouvons les premières photographies réalisées de malades mentaux signées Henry Hering, John Hamilton Mortimer ou de Hugh Welch Diamond, mais aussi des tableaux de Francisco de Goya, Füssli, Eugène Delacroix, Adolf von Menzel, sans oublier les études anatomique de George Stubbs ou James Ward. Quelques portraits de Géricault sur son lit de mort seront également présents, peints par ses confrères comme  Alexandre Correard ou Charles Emile Callande de Champmartin.

Cette exposition a été réalisée en partenariat avec la Schirn Kunsthalle de Francfort.


Tête de cheval blanc de Théodore Géricault, 1814-15

Etude de cheval mort de Théodore Géricault , 1822

Cheval arabe blanc-gris de Théodore Géricault, vers 1812
Rouen, Musée des Beaux-Arts, France

Etude de l'anatomie du cheval de George Stubbs (1724 - 1806)

Le charpentier de la meduse de Théodore Géricault, 1818-19

Portrait du nègre Joseph de Théodore Géricault, 1818-1819

La Monomane de l'envie (ou La Hyène de la Salpêtrière)
Théodore Géricault, 1819-1820
Lyon, Musée des Beaux-Arts, France

Photographies d'aliénés de Hugh Welch Diamond  (1809 – 1886)

Photographie d'aliéné de Henry Hering (1874 - 1949)

Une femme paralytique de Théodore Géricault, 1821

Pitié pour les douleurs d'un pauvre vieillard de Théodore Géricault, 1821

Fragments Anatomiques de Théodore Géricault, 1818-19

Têtes de suppliciés de Théodore Géricault, 1818-1819

Portrait de Gericault mourant d'Alexandre Correard, 1824
Rouen, Musée des beaux-Arts, France

La mort de Géricault d’Ary Scheffer, 1824
Paris, Musée du Louvre, France

Géricault sur son lit de mort de Charles Emile Callande de Champmartin, 1824

Aucun commentaire:

Publier un commentaire