jeudi 12 novembre 2015

Les inconnus dans la maison de Henri Decoin

J’ai chroniqué dernièrement le roman Les inconnus dans la maison de Georges Simenon, qui connaîtra plusieurs adaptations cinématographiques. Je ne reviendrai donc pas sur le résumé de l’intrigue et vous invite à lire le billet correspondant pour vous en faire une idée. Aujourd’hui, je vais vous parler de la toute première adaptation du roman par le réalisateur Henri Decoin, qui date de 1942.

J’ouvre ici une parenthèse dans la mesure où cette date est importante dans l’histoire du cinéma français. Le film fut en effet produit par la Continental, une société de production cinématographique française fondée en 1940 par Goebbels et financée par des capitaux allemands durant l'Occupation. La Continental ne devait pas produire des films de propagande mais des films de divertissement, sans jamais faire allusion à la guerre. Elle produira une trentaine de films, dont des films devenus de nos jours des classiques, comme La Main du diable par Maurice Tourneur (1942) ou Le Corbeau par Henri-Georges Clouzot (1943). A la Libération, les comédiens, réalisateurs et techniciens ayant travaillé pour la Continental devront répondre de leurs actes devant les organismes chargés de l’épuration. Plusieurs films seront interdits à cette époque, dont Les inconnus dans la maison par Henri Decoin. Georges Simenon lui-même sera inquiété, dans la mesure où il avait cédé les droits de plusieurs romans à la Continental, dont l’ensemble des Maigret, lui assurant de ce fait des rentrées financières importantes. Autant d’éléments à charge qui seront retenus contre l’écrivain à la Libération, lorsque son dossier sera présenté au comité d’épuration des gens de lettres. Je ferme ici la parenthèse.

Le film, réalisé par Henri Decoin, adapté par Henri-Georges Clouzot et interprété par Raimu, connaitra un beau succès populaire à sa sortie au cinéma : après deux semaines d’exploitation, il battra le record des recettes détenu depuis 1939 avec Blanche-Neige et les Septs Nains de Walt Disney.

Qu’en est-il en ce qui me concerne ? Et bien je n’ai pas été emballée par cette adaptation, et ce malgré l’affiche alléchante. Si le scénario d’Henri-Georges Clouzot demeure assez fidèle au roman, il procède par des raccourcis qui rendent par moment la compréhension de l'intrigue difficile. La deuxième partie du roman, celle du procès, est adaptée plus librement. Ce qui permet d’offrir une grande scène de plaidoirie à l'acteur Raimu, qui trouve ici un rôle plus complexe et plus sombre qu’à l’accoutumé. Mais j'ai eu du mal avec le traitement de son personnage, que j'ai trouvé nettement plus travaillé, plus crédible et plus nuancé dans le roman que celui présenté dans le film.



Je retiens l’excellente interprétation de Noël Roquevert, un des acteurs les plus populaires de sa génération qui excellait dans les rôles de second plan,   et que j’ai découvert notamment dans La Main du diable (Maurice Tourneur - 1943), Le Corbeau (Henri-Georges Clouzot - 1943) ou encore Un singe en hiver (Henri Verneuil - 1962).

Le film donne également le sentiment d'être trop dialogué, offrant une mise en scène beaucoup trop théâtrale à mon goût. Pour toutes ces raisons, Les inconnus dans la maison de Henri Decoin n’a pas vraiment suscité mon enthousiasme, mais je pense que les cinéphiles devraient s'y retrouver sans trop de mal.  Notons que l’esprit du roman est totalement préservé dans sa critique sociale de la France d’avant-guerre.

Réalisateur : Henri Decoin
Scénariste : Henri-Georges Clouzot
Auteur de l’œuvre originale : Georges Simenon
Dialoguiste : Henri-Georges Clouzot
Société de production : Continental Films
Directeur de la photographie : Jules Krüger
Acteurs: Raimu, Juliette Faber, Gabrielle Fontan
Origine : France
Année de production : 1942
Durée : 1h35

A découvrir également sur ce blog :

* Les inconnus dans la maison de Georges Simenon
* Le président d'Henri Verneuil , d'après Simenon
* L'inconnu dans la maison de Georges Lautner


Aucun commentaire:

Publier un commentaire