dimanche 23 mars 2014

Zurbarán, Maître de l'âge d'or espagnol (5) : La mystique au quotidien


L'Enfant Jésus à l'épine de Francisco de Zurbarán
1645-1650
 Séville, Museo de Bellas Artes

L'Enfant Jésus bénissant de Francisco de Zurbarán
1629-1630
Moscou, musée Pouchkine

La maison de Nasareth de Francisco de Zurbarán
1644-1645
Madrid, Fondo Cultural Villar Mir
La vierge enfant endormir de Francisco de Zurbarán
1655-1660
Jerez de la frontera

La littérature mystique espagnole qui s'est développée tout au long des 16e et 17e siècle exerce une influence profonde sur l'art en général. 

 Zurbarán peint une série d'épisodes de Jésus ou de Marie enfants dans des scènes intimistes au cours desquelles le personnage sacré contemple un événement à venir qui donnera un sens particulier à son existence : l'Enfant Jésus qui se pique le doigt en tressant une couronne d'épines, préfigurant la Passion du Christ, ou la vierge enfant méditant l’Écriture, représenté par un livre qu'elle tient fermé sur ses genoux. Le peintre sacralise ainsi le quotidien. Ces peintures étaient destinées aussi bien aux couvents qu'aux résidences de la noblesse. 

Zurbarán puisera souvent son inspiration dans des gravures flamandes ou allemandes.


Source : Le catalogue de l'exposition








Remarque : toutes les peintures reprises dans ce billet sont exposées au BOZAR, dans le cadre de l'exposition  Zurbarán Maître de l'âge d'or espagnol. J'en parle plus en détails ici. A découvrir à Bruxelles du 29/01/14 au 25/05/1.


Autres billets de l'exposition de Francisco de Zurbarán :

Zurbarán, Maître de l'âge d'or espagnol (1) : Les premières grandes commandes
Zurbarán, Maître de l'âge d'or espagnol (2) : Visions et extase
Zurbarán, Maître de l'âge d'or espagnol (3) : Passion et compassion
Zurbarán, Maître de l'âge d'or espagnol (4) : Natures Mortes
Zurbarán, Maître de l'âge d'or espagnol (6) : Peintures pour le Nouveau Monde



Aucun commentaire:

Publier un commentaire